Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

https://le-carnet-et-les-instants.net/2022/09/13/paque-sisyphes/#more-51671
 
Pannes d’ascenseurs

Florian PÂQUE, Sisyphes, Lansman, 2022, 64 p., 11 €, ISBN: 978-2-8071-0327-6

paque sisyphesFlorian Pâque vient de publier aux Éditions Lansman une pièce qu’il a créée récemment avec la Cie Le Théâtre de l’Éclat et présentée en Avignon (La Scala) avec un très beau succès public et de presse. Pièce politique mais aussi loufoque et ludique comme si Pantalon jouait aux dés avec Brecht…

Sur scène, c’est la Cour des Miracles des déshérités et de leurs “exploitants” (le mot date, notre époque lui préfère le terme de “collaborateurs /trices »), des précarisés de toutes extractions et frappés de cette double peine sociale qui est de ne pas être né dans les lieux d’un pouvoir mais dans ceux de la pénibilité violente et de se voir régulièrement renvoyés en bout de queue au Bureau des Bonnes chances!

Sisyphe pousse sans fin son fardeau devant lui mais sans cesse son poids l’écrase et le renvoie à son état d’impuissance. Sans compter la vitalité de la piraterie, de la délinquance financière, des pillages, de vols systémiques, de l’exploitation des pauvres… par les pauvres devenus riches.

Le personnage inaugural, Monsieur S, a beau appuyer sur le bouton étages, il reste toujours en place, sans que rien ne change. Cette métaphore du plafond de verre est une belle trouvaille du dramaturge et metteur en scène Florian Pâque.

Il nous invite à retrouver dans le fil de l’Histoire des patrons d’entreprise de la Révolution industrielle, des “pédaleurs-livreurs”, un homme d’Église des temps médiévaux caricaturé comme il se doit en prédicateur-karaoké…

Ce n’est pas la lutte finale, mais infernale, la lutte infinie des englués, des otages de la glu sociale, familiale, sociale, linguistique…

Le Grand Récit de l’humanité est sans nul doute son désir de justice et d’égalité. Bien sûr, et nous savons à quel point ce principe, même s’il est signé dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen, par des grandes Organisations internationales,… reste encore si mondialement de l’ordre… du principe. Les inégalités sont exponentielles et les acteurs de la novlangue ont même lancé récemment dans le débat public le principe salvateur de l’équité qui n’a évidemment rien à voir avec cette ambition prométhéenne de l’égalité. Pour appuyer le cynisme de cet usage, la bienveillance vient de ressortir du placard et se conjugue à toutes les sauces comme une antienne de mauvaise foi.

Florian Pâque connaît ces glissements, ces aménagements  du temps des violences conjuguées à un langage dénaturé. Et sa pièce Sisyphes en témoigne avec une belle maîtrise des entrelacs d’époques, de personnages et de figures historiques.

Chacun, chacune, pourra s’il le souhaite, devenir son propre patron en  acceptant les tâches  que nous leur imposerons.
Boutons à coudre.
Poche à placer sur les chemises.
Coutures à rectifier.
Ourlets à raccommoder.
Ils seront libres d’accepter ou de refuser la tâche.
Ils seront libres d’en accepter le nombre qu’ils veulent.
Ils seront libres de travailler le matin, le midi, le soir ou la nuit.
Ils resteront chez eux.
Ils pourront s’occuper de bébé.
Ils pourront s’occuper de la vieille mère.
Ils pourront s’aimer comme bon leur semble, ce sera leur pause.
Ils seront libres d’organiser leur temps comme ils entendent.
Libres oui, mais soumis à nos conditions. 

Un air de télétravail avant la lettre… comme l’énonce René, l’Industriel.

« La vie est grave, il faut gravir » écrivit Pierre Reverdy et cette gravité est plus gravide d’injustices et d’évidentes que de bons sentiments et de réparations sociales.

Daniel Simon

Plus d’information
Tag(s) : #Notes critiques
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :