Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photo : Christine Mordant
Photo : Christine Mordant

Photo : Christine Mordant

BIENVENUE! On vous espère en forme pour nous rejoindre.....

Création par la Galerie Koma avec Christine Mordant dans le texte de Daniel Simon, “Hors de moi”,au Museum des Sciences naturelles de Mons les 16, 17, 18, 21, 22, 23 septembre 2016, 19h30. En présence de « l’Homme en blanc »…

PAF: 10 euros (vous recevez également pour ce prix le texte de la pièce à paraître aux Editions Koma/Traverse) - Galerie Koma Rue des Gades, 4 7000 Mons Téléphone/Fax : +32 (0)65 31 79 82.

De la Toussaint 2014 au 1er janvier 2017, rendons hommage à Monsieur Julius Koch, le plus grand des Montois mort en cette ville le 30 mars 1902. Victime d'une forme de gigantisme ce forain de 2 m 58, cet "homme simple", se produisit en Europe sur les scènes de Music Hall prestigieux sous le pseudonyme de CONSTANTIN, " le géant suisse". Son squelette repose au Muséum des Sciences Naturelles et éveille la curiosité des petits ... et des grands. Une équipe multidisciplinaire - plasticiens, musiciens, scientifiques, gens de lettres - , d'ici et d'ailleurs évoqueront sa personne. Il reviendra sur ces terres qui l'ont vu danser, vaciller et tomber. Un cortège, des conférences, une messe, un "repas viande froide", une stèle, un anniversaire, un concert ... marqueront dans des lieux parfois incongrus, à travers lui, la relativité de toute chose.

Grand aujourd'hui, petit demain; petit hier, grand demain.

A Mons, au Museum des Sciences naturelles, le sept novembre deux mille quatorze, pour la première fois, je rencontre un grand homme, un homme grand, Julius Koch. Chamboulement. A Nouvelles, au cimetière, le dix-huit octobre deux mille quinze, un singulier cortège funèbre accompagne l’effigie de Julius à l’endroit fatal de son incinération. Moi, improbable mariée, prise dans un drôle de jeu, je ne dis mot. Il aura fallu presqu’une année de plus pour qu’enfin, par l’entremise de mon ami Daniel, j’extirpe « Hors de moi » les mots du chamboulement. A Mons, là où tout a commencé, en septembre 2016, je vous les dirai à vous, spectateurs, ces mots destinés à Julius puisque Julius n’est plus…Quoique…. Bienvenue. Christine, ni grande, ni petite.

Christine Mordant

 

Lorsque Christine Mordant m'a parlé tout simplement d'un projet qui lui tenait à coeur, l'aventure de vie de Julius Koch (1), ce "grand homme", pour lequel elle me demandait d'écrire "La femme du grand homme", j'ai dit oui, évidemment... Il ne s’agissait pas écrire à propos de cette femme qui aide le grand homme à devenir grand (sujet classique et redondant), mais bien d'écrire la parole de cette femme qui se retrouve un jour devant cette question, grand, grande, petit, petite, qui suis-je? Et on y est allés, au charbon... La pièce, le soliloque, la parole libre de cette femme est née assez vite, on a eu l'occasion de la secouer un peu et puis, Christine, comme une grande, a cherché l'ouverture qui lui permettrait de rendre cette parole légitime et juste.

1. La Galerie Koma sous l'impulsion passionnée de Jean-Pierre Denefve, accompagne depuis plus de deux ans dans une suite d'actions poétiques, artistiques mais aussi ethnologiques, anthropologiques, plastiques, sous formes de rituels, de mises en catafalques, d'expositions et de performances diverses ... autour de la personne Julius Koch Ce Julius Koch, dit Constantin, était grand (2,58 m), vivait à Mons à la fin du 19ème siècle, ses restes demeurent au Musée d'Histoire naturelle de la ville de Mons.

2. http://www.asblkoma.be/accueil

Hors de moi.... Quand on est "hors de soi", qu'on est sorti de soi, de ses gonds, de son enveloppe charnelle, de sa capacité à se contrôler, de sa civile contention, la parole souvent seule nous porte, du son parfois suffit. Des glossolalies, des gloussements, des cris, des hurlements, une voix de la profondeur, de l'autre scène, une voix singulière qui met en forme une matière qui flottait, qui s'immisçait mais ne se déclarait pas. Hors de moi et vous allez m'entendre. Hors de moi et vous allez voir Retenez-moi, je suis hors de moi. Qu'est-ce qui peut me retenir? Une voix qui porterait des mots venus d'ailleurs. Une comédienne est hors de soi pour entrer dans l'autre et cependant c'est dans son corps tout entier qu'elle doit faire naître celui qui va nous montrer de quoi il en retourne. Hors de soi donc, Christine Mordant Hors de moi ce texte qui est pour elle et bientôt pour vous.

Daniel Simon, Août 2016

 

(Extrait)

Longtemps j’ai regardé mes pieds, je marchais les yeux baissés, lentement quelques années plus tard, ils sont remontés, montés, montés jusqu’à mes seins, mes seins, comme ils poussaient lentement, mes seins, je marchais les yeux tombés, je n’y voyais rien d’autre, jusqu’à leur pleine mesure enfin,

j’ai relevé alors la tête,

haute la tête,

mon enfance soudain

venait de disparaître,

je ne sais où, hou hou ?

(...) 

 

Tag(s) : #Articles

Partager cet article

Repost 0