Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Ephémérides du Confinement/14

 

Ils sont tous là !

 

 

 

 

Ils sont tous là !

 

Ils sont tous là, dans « Protection rapprochée », en quatorze nouvelles, ils sont tous là, les personnages de Lorenzo Cecchi !

 

Dans son dernier livre, l’écrivain carolo, les passe en revue, ces bras cassés du temps, nous, lui,  les pauvres, les ratés, les idiots, les simples d'esprit, les vicieux,… ils sont présents comme tout ce qui règne en nous…

 

Les nouvelles, illustrées en couleurs par Michel Jamsin, souvent dans un trait tonique de Grand Guignol intérieur, font un contrepoint ironique à la jubilation de l’auteur qui  poursuit, avec une délectation déclarée, la mise en parade de notre espèce confinée à une bêtise qui lui est si consubstantielle et son Adn profond dans le comique d’être.

 

Dans cette histoire de fosse creusée en douce dans le fond du jardin, dans la recherche illuminée d’une hypothétique veine de charbon, un homme, dès sa journée de travail terminée, file « à ses affaires » et creuse toujours plus au fond, encore et encore, mais rien, toujours rien, et voilà qu’il convertit alors la fosse emplie d’argile liquide en fosse à merde, rien ne se perd…

 

Il y a aussi des expressions qui s’offrent au grotesque dès qu’on les chatouille un peu, dans « Tout me gonfle » Cecchi met en scène une commedia à l’italienne : l’épouse et mère, dans une sombre histoire de pédagogie de refoulés, gonfle, gonfle, enfle et nous voilà, en un final pétaradant, projetés dans l’espace d’un pet magistral et libérateur !

 

Cecchi ne perd jamais de l’oeil ce qui fait la grandeur de l'homme : sa capacité à l'idiotie, à l'obstination, à la mauvaise foi qui se retourne soudain et livre alors les personnages à une forme de conscience subreptice…

 

Après « Blues social club » (chez le même éditeur) et « Paul, je m'appelle Paul »  (Lilys éditions) l’auteur retourne au charbon, scrute celles et ceux qui prennent toujours la file la plus la lente parce qu'ils ne connaissent pas celle de la réussite officielle ;  ils sont là où ils en  sont et très souvent ébahis d’y être.

 

Dans une écriture nerveuse, rapide, une écriture à l'oreille, Cecchi nous laisse entendre ses personnages soliloquer et soudain buter contre le grand mystère de la pensée qui se dérobe sans cesse.

 

Lorenzo Cecchi poursuit un travail que je salue ici comme celui d’un écrivain jamais oublieux de suivre avec curiosité et  connivence le cheminement intérieur des rhizomes de notre commune humanité qui s'entrecroisent entre génie et obscurantisme…

 

L’auteur ne joue pas de la consolation ni de la bienveillance festive si bien portée aujourd'hui mais plutôt du fameux « Rien de ce qui est humain ne m'est étranger » de Montaigne et de tant d’autres avant lui.

 

Roboratif, sans affectation, l’amour des hommes, chez Cecchi, est intact comme notre bonheur à le lire.

 

« Protection rapprochée », nouvelles, Lorenzo Cecchi, Cactus inébranlable éditions, ISBN 978-2-3904-9007-4 * 119 pages *  17 €

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :