Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Ephémérides du Confinement/13

 

 

Les jours, les nuits, la répétition, la panne.

C'est à ce livre que je pensais aujourd'hui, un livre de que j'ai reçu et lu à l'adolescence, d'une marraine musicienne, sourde et amoureuse des belles éditions du temps.

Je trouvais ce titre sans panache, comme "La faim" de Knut Hamsun. "Le désert des tartares" de Buzzati, ça avait une autre allure! Mais Dürenmatt, dont je lus plus tard le théâtre, m'avait marqué plus que je ne le soupçonnais. Il était question de ce qui nous rassemble et divise aujourd'hui, une panne et ce qui se construit à partir de cet empêchement d'être dans l'action du monde et la dilapidation de l'énergie des hommes qui vite peut se transformer, dans le suspens de la panne, en fête funèbre et carnassière. 

 

Je me suis mis à relire ce livre aujourd'hui et un autre m'a piqué l'esprit, "Le retour des caravelles" d'Antonio Lobo Antunes, que je considère, comme beaucoup, comme un des écrivains majeurs de notre temps au-dessus d'une littérature française contemporaine faite de chipotages sentimentaux et de scandales enfilés comme les perles d'un barnum éditorial .

Dans ce livre, Antonio Lobo Antunes, confronte le Portugal au retour de son passé colonial grandiose et les attentes veines que les cales de ces navires recèlent.

J'éprouve, en lisant cet écrivain de la folle grandeur historique portugaise, la nôtre en somme, une sorte de constriction de notre histoire. Que vont nous ramener, du temps d'avant et d'ailleurs, nos caravelles?

A demain.

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :