Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est si beau

Le métro est presque vide. C'est l'heure de la dernière rame, je rentre chez moi.

 

Les derniers voyageurs, éclairés par intermittence en flashes pisseux ou happés par la nuit, portent le poids de la journée sur leur visage, certains sont trop fatigués pour pianoter leur smartphone, ils le sortent de la poche de leur veste, le regardent, le manipulent vaguement, et, de guerre lasse, le posent sur leur genou comme un spectre inutile.

 

Quelques sièges plus loin, une jeune fille, les écouteurs sur les oreilles, écoute ce qui doit être sa musique préférée.

 

Je ne fais pas plus attention, j'aime regarder par la fenêtre du tram les badauds de la nuit se faufiler le long des immeubles, une sorte de rebobinage permanent des vieux films noirs.

 

Sous la lumière des lampadaires,  « M » scrute la rue, des filles passent en baissant la tête, un flic de temps à autre, les phares de voitures et des cyclistes fantômes.

 

Pour connaître la population d'un quartier, d’une une ville, il suffit souvent de les traverser la nuit, les éclairages sont les signes durs de la différence sociale,  on passe du jaune pisseux au blanc bien tamisé, et soudain,  des zones aveugles, comme des tentative d'effacement de ce qui se fabrique et vit là.


J’étais arrivé chez moi.  Le tram était presque vide, la jeune fille aux écouteurs était immobile.

Je me lève pour sonner l'arrêt et m'avance vers la porte automatique . 

 

Je m'aperçus alors qu'elle pleurait silencieusement, droite sur son siège dans la lumière crue du wagon qui diffractait sa silhouette à travers la vitre épaisse.  Ses larmes coulaient doucement sur ses joues et dans un discret reniflement, elle reprenait régulièrement sa position d'extrême attention.

 

- Mademoiselle, ça va?

 

Elle me regarda et me tendit un regard brouillé un court moment, puis me fit un signe de la tête et ajouta…

 

- C'est si beau …

 

Devant mon étonnement, elle ajouta…

 

 - C'est une si belle histoire, une romance, l’histoire d’une jeune fille qui aime un homme, il y a longtemps dans une maison isolée et le vent souffle, souffle si fort…

 

- Elle vit une grande passion…

 

- Oui, c’est si beau et si triste…

 

Elle me sourit en essuyant ses larmes.

 

Je lui souris également, le cœur suspendu, et descendis de la voiture.

 

 

( à paraître en mai 2019 dans "Positions pour la lecture", Couleur livres Editions)

 

Merci pour la relecture Christian Coucke...

Aaah les lecteurs précis, une mine.

 

 

 

Tag(s) : #TEXTES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :