Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hallejuah poète!

J'avais repris les Perdants magnifiques dans ma bibliothèque, commandé les trois autres romans et pensé à sa tête de zen dans son monastère, le corbeau juif canadien..., toujours entouré, comme sur une de ses pochettes de 33T, de jolies femmes, la voix libre, sans pression et profonde si profonde, Alléluia, Hallelujah, un conteur avec Zlateh la chèvre qui court dans ses pieds pendant qu'il murmure ses cantos aux enfants afferrés de son temps finissant, Leonard Cohen, nous étions de ta tribu quand nous avions vingt ans, c'était un signe, une mélancolie dont nous voilions parfois notre regard dans ces années tourmentées et joyeuses, un vide d'un coup en allumant le poste, ta voix et un commentateur, c'est lui, on se dit lui aussi, c'était dans l'air, ça se disait mais pas comme ça, pas ça, au moment où tout glisse de la table quand un vent sinistre l'a renversée, la sienne la mienne, celle d'une époque qui se moque du toc, cette disparition, hop, plus là, ailleurs, je ne sais, dans les bras de Suzanne, une boule dans la gorge, une élégance du coin de l'oeil qui nous observait, un consolateur, poète tu nous manques, que ton voyage soit sans encombres.

Tag(s) : #Textes

Partager cet article

Repost 0