Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photo François Harray. et les autres La Guinguette...Olivier Terwagne et Stéphanie Gilly.
Photo François Harray. et les autres La Guinguette...Olivier Terwagne et Stéphanie Gilly.
Photo François Harray. et les autres La Guinguette...Olivier Terwagne et Stéphanie Gilly.
Photo François Harray. et les autres La Guinguette...Olivier Terwagne et Stéphanie Gilly.
Photo François Harray. et les autres La Guinguette...Olivier Terwagne et Stéphanie Gilly.
Photo François Harray. et les autres La Guinguette...Olivier Terwagne et Stéphanie Gilly.
Photo François Harray. et les autres La Guinguette...Olivier Terwagne et Stéphanie Gilly.
Photo François Harray. et les autres La Guinguette...Olivier Terwagne et Stéphanie Gilly.
Photo François Harray. et les autres La Guinguette...Olivier Terwagne et Stéphanie Gilly.
Photo François Harray. et les autres La Guinguette...Olivier Terwagne et Stéphanie Gilly.
Photo François Harray. et les autres La Guinguette...Olivier Terwagne et Stéphanie Gilly.
Photo François Harray. et les autres La Guinguette...Olivier Terwagne et Stéphanie Gilly.

Photo François Harray. et les autres La Guinguette...Olivier Terwagne et Stéphanie Gilly.

"Je vais vous dire...On n'a pas tous les jours le temps. Certains jours sont pleins d'autres vides, parfois ça se fait, cette vie entre vide et plein, grâce à ceux qui nous entourent, nous frôlent, nous respirent et que nous respirons, parfois ça ne se fait pas. Et le chagrin est là alors, celui d'être au monde sans cette épaule d'humanité à laquelle s'appuyer quand on est fatigués.
 
Il faut souvent une vie pour oser demander cela, "laisse-moi un court instant m'appuyer sur toi...". Je pense qu'écrire et tout le saint-tremblement qui l'accompagne, a à voir avec cette épaule.
 
Et quand Daniel est monté sur scène rejoindre son complice Olivier Terwagne, qui est un Prince du lieu, il s'est dit que c'était le moment, il n'avait plus peur de demander et le public l'a compris. Alors, il s'est lancé dans des gorges dénouées, des chuchotements et secrets, des appels et un peu de cette musique qui fait fuir les âmes noires énervées, il racontait des extraits de son "Autobiographie rêvée". On a parlé, on a chanté, on a même pris le temps de ne rien dire. Ca respirait bien cette bête invisible d'amitié étendue dans tout le jardin de la Maison Losseau.
 
Puis Olivier Terwagne et sa complice, Stéphanie Gilly, tous deux merveilleux de virtuosité, de talent ont fait frissonner les arbres, les hommes et même parfois les verres sur les tables...Des chansons, anciennes et toutes fraîches, un salut à Brassens, de l'humour, caustique et bienvenu, une langue si fine et libre, un rythme et des mélodies pénétrées de notre temps, léger et grave à la fois. C'était un concert d'exception, une joie d'être là.
 
Dimanche, le lendemain, rencontres, lectures, contes, musique et tous ces personnages qui émergeaient des livres "Julia" que Christine Mordant a lu avec cette justesse qui laisse entendre une voix d'ailleurs, celle du personnage qui nous rejoint à chaque phrase, puis Daniel a lu "Les fleurs en papier crèpon",...Olivier a chanté, à la guitare, on s'est appuyés un peu plus sur l'épaule du monde ce beau dimanche...
 
Le soleil brillait, les Pokemon sont entrés dans Mons en rangs serrés, mais nous étions hors d'atteinte. Françoise Delmez avait la fraicheur de la sardaigne qu'elle venait de quitter, les yeux rieurs et heureux, Christine Mordant était à tout, elle veillait, lisait, cousait et ravaudait le temps de la rencontre. C'était bien, elle a mille mains!
 
C'est comme ça la Guinguette littéraire, c'est une équipe accueillante et c'est pour ça qu'on reviendra..."
 
L'Ogre pour Daniel Simon
(Texte offert à la Guinguette...)
30 et 31 juillet, La Guinguette littéraire, dans le jardin de la Maison Losseau, Mons.2016
 

 

Tag(s) : #Articles

Partager cet article

Repost 0