Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Langue malade, langage de l'approximation
"Les gens ne lisent plus, ils marchent, courent, pédalent et adhèrent tous au dolorisme sportif pour se perdre dans cette douleur égotiste, s’oublier dans cette souffrance monomaniaque et par la même occasion devenir indifférents à l’égard des misères de ce monde. ”
Fabien Ollier, Philosophe, France 2015.
 
 
 
En une trentaine d'années, on a vu un vocabulaire disparaître des espaces publics, des écoles, des intellos-managers, des coaches, des syndicats, des agriculteurs, de la police, de la prostitution, de l'armée, des médias, de l'édition et même de...l'art et de la littérature...Les sciences sociales avaient inclus le monde en tentant de le relier, elles semblent aujourd'hui faire de l'homme un "homme fracturé et isolé", un autre. Le moi a disparu au profit de l'autre. Chacun est un autre, chacun est suspect.Des acronymes, des importations de l'anglo-primaire (impacter, secure, ...), des phrases vides, des syntaxes approximatives, du langage IKEA dont la clé de montage est perdue ont achevé de morcelliser l'homme contemporain en état d'urgence permanente et de crise universelle...
 
Des mots comme parler, écouter, discuter, converser... sont devenus dans une sorte de rigidité théologique: "communiquer". Et comme on le constate souvent, "communiquer" a comme fonction de "surtout ne rien dire" mais "d'installer une relation d'asujetissement".
 
Nous avons aussi le chagrin, la tristesse, la mélancolie qui sont devenus, nous en connaissons toutes et tous, des "burn-out", des déprimes, du stress, des dépressions chroniques mais rien qui touche à l'âme. Tout est dans le juste équilibre de la mélatonine, des éléments chimiques, des hormones et d'une "bonne hygiène de vie"...et de ça on ne rit pas, Madame.
 
Nous n'oublierons ici le PN. le pervers narcissique, largement utilisé dans les conflits les plus vils, le père contre la mère, les couples en déchirements, les diplômés de bars,...les ehtreprises même. C'est une bonne affaire, ça remplace avantageusement les conflits syndicaux. Ca permet de diviser, de médicaliser, d'accuser sans objet réel, de culpabiliser, de nous placer dans l'espace d'une nouvelle religiosité à coups de diagnostics sauvages à la sauce comportementaliste. La peste pour arnarqueurs sociaux.
 
Le BP, bi-polaire, nouvellement promu, fait aussi partie du langage de la barbarie managériale et de la psychiâtrie pour les Nuls. C'est très porté chez certains travailleurs sociaux à la culture light et aux compétences tout azymuth baignant dens un brouet de "résilience" toujours apprécié chez le sNouveaux Croyants. Le kitsch des Coaches, le clash du sourire "team builder" carnassier, la confusion permanente dès lors qu'elle est passée par le "Plateau" putassier des télés familiales.
 
La mort, la vieillesse sont encore indéfinissables: "fin de vie", "départ", "dépendance",...on cherche mais ça viendra...Des consolateurs en cliniques et hopitaux, c'est certain, sont l'avenir de la Grande consolation des Enfants perdus d'Occident, libres mais seuls.
 
Là, fermente la nouvelle religion: celle qui consacre toutes ses énergies pour faire naître en nous l'obsession de la santé et de la longévité. Etre et rester en bonne santé individuelle alors que tu vivras dans un environnement en perdition, sans cesse régénéré pour te tuer et t'avachir, voilà le paradoxe à vendre, cher et à portée de toutes ls bourses.
 
A votre santé!
 
 
 
Tag(s) : #Articles

Partager cet article

Repost 0