Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un peu d'ambiguïté dans cette belle lecture...

Peu à peu il se rendit compte que dans la lecture régnait une intensité de vie telle, que le quotidien lui apparut fade et sans ambition. Il en vint à appeler de ses voeux les désastres et les fracas qui couraient dans ses pages vénérées. Il en vint à souhaiter le pire à ses contemporains, pensant qu'il serait encore, là, comme dans ses traversées de lectures, juste à côté, à l'abri, dans la contemplation.

Il s'employa, comme un vrai salaud, c'est-à-dire comme une personne banale douée d'obstination apte aux manigances froides, à bousculer son époque jusqu'à ce que les troubles violents condamnent le temps. Il était animé de la plus intense joie révolutionnaire, de la plus électrique ferveur pour l'aventure tragique des hommes qui est toujours la condition de leur Histoire.

Il ne lisait plus, il engrangeait ce qu'il écrirait lui aussi, dans la plus parfaite tradition des lecteurs enragés. Il allait enfin voir Rome brûler et pouvoir lancer son chant à l'égal des autres, qui le précédaient dans ses livres tant aimés.

Tag(s) : #Textes

Partager cet article

Repost 0