Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sophie Podolski

Sophie Podolski

1.
Ne pas attendre
les attendre
viennent partent
prennent le temps parfois
je dis souvent parfois
ça n’a plus d’importance
déjà presque jadis
le temps est passé
 
« Merci pour ton appel »
 
2.
La neige est tombée
sur le silence
fin de journée
la nuit à peine
sortir la toucher
flocon par flocon
par-ci par là
une sirène personne
lumières de fête
se sont couchées
dans les bourrasques
silence
le téléphone sonne
ça va oui promis
ne t’inquiète pas
 
« Merci pour ton appel »
 
3.
Rien presque rien
peste choléra
« Niveau quatre »
couvrez-vous bien
il fait si froid
dedans dehors
peut-être peut-être pas
j’ouvre un vieux livre
une maison de ma jeunesse
j’entre et me chauffe
au feu des cendres
le répondeur de loin
 
« Merci pour ton appel »
 
4.
Nation rassemblée
sur des vides communs
emplis jusqu’à la gueule
d’une langue sommaire
à torts et à travers
annonces de la peste
le football a joué
sarabande des héros
tard la pluie
délivre les boulevards
je te réponds demain
 
« Merci pour ton appel »
 
5.
Des amis je mentais
peut-être plus
redevenus personne
d’un pas léger
aller sous le couvert
des murmures
le ciel les brumes
le vertige des étoiles
accéder au silence
des hommes cabossés
se défaire de l’inquiétude
de vivre si bas
reprendre haleine
ça ne dure pas
un souffle tenu un temps
ils sont si loin
presque effacés
ça prend la place
presque toute
ce remugle
je veux leur dire
encore
 
“Merci pour ton appel”
Merci pour ton appel/2
Plaintes du jour de nuit
plaintes anciennes et soudaines
plaintes où nous dormons
repliés des oiseaux délicats
rêveurs nuits blanches
vies précieuses
si délicieusement cruelles
des hommes chassés de leur lit
du nid de leur maison
arriveront demain
les yeux encolérés
chagrin d’une pure vengeance
oui-da
la houe ou le fer
sur l’épaule la hanche
descendent des hauteurs
misérables et célestes
mortellement frappés
avant d’avoir aimé vécu
désespérez creusez haussez
murs chicanes tourelles
ils sont là ils arrivent
jouez déjà l’orchestre de la mort
d’Europe vieille mère
que j’aime hais également
ils sont là
depuis longtemps ici là
insomnies toujours
Europe vieille catin
je sais je vais
dans le solde des matins
de paix
 
“Merci pour ton appel”
 
 
Tag(s) : #Textes

Partager cet article

Repost 0