Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le soir, Charleroi, au bord du trou, en face, le nez dessus, à une terrasse on mange un américain non-préparé Eric et moi.

Deux jeunes hommes s'installent, un regard d'arrogance, des jambes trop longues, un chapeau caboché sur la tête de l'un que mon ami prend pour un Borsalino, l'autre a de grands yeux douloureux et un sourire d'ange, on profite de la tiédeur du soir, de la gentillesse de la serveuse, de sa répartie, la conversation commence, paroles croisées: Pierre, Franky, Eric, Daniel.

 

"On s'en fout, on prend ce qui vient, on fait ce qu'on peut, moi, je travaille à 5 euros/h au noir et j'le fais car je sais que sans ça ... et puis l'humilité, tu sers les gens et tu te demandes si tu fais bien, on m'a pas appris, mais je regarde les gens et je vois ce qu'ils attendent, j'ai arrêté après mes humanités, c'est une connerie mais c'est comme ça, je suis un artiste aussi, mais je me tape qu'on voie ou non ce que je fais, J'ai baigné dans la famille dans des dessins et cie,  j'ai failli suivre des cours du soir mais des problèmes, ma copine de l'époque, tout ça, j'ai arrêté. Tant pis. 

Maintenant, ma chérie est turque, famille ici depuis les années 70, pas un mot de français, adorables, je les respecte, on me dit, alors Franky, t'es avec une de la religion, j'leur dis que c'est des gens biens et que je bosse que pour ma chérie et moi, le reste, faut rester humble, quand il y aura mieux, je prenderai, j'suis libre, j'pars quand je veux."

"Le trou". Charleroi/Séquence 1
"Le trou". Charleroi/Séquence 1
Tag(s) : #textes

Partager cet article

Repost 0