Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'aime les photos d'un autre siècle, les gravures, les évocations du voyage, la littérature portugaise (mais bien sûr également toutes les littératures lusophones tant elles sont marquées par les traces des caravelles, de l'esclavage, des "découvreurs", du courage, de l'audace, de l'horreur des guerres coloniales, de la saudade, ...), et surtout je suis un lecteur passionné de Machado, un des plus grands.

Hier, je tombe sur ce beau petit livre (agrafé, c'est la seule réserve) de Machado et le lis le soir-même. Un sentiment de profonde mélancolie, de tristesse et d'admiration a infusé en moi pour se transformer en une joie délibérée. J'emploie ce mot "délibérée" dans le sens où tout de la trahison des hommes, des femmes, de l'amitié, de l'amour, est présent dans ce récit qui nous mène cependant vers une reconnaissance, une gratitude. Les lecteurs vivent cette joie, souvent si difficile à traduire, dans l'expérience de leur intime rapport au monde révélé dans et par le texte. 

Dans le même temps, le récit met en jeu, dans une sobriété exemplaire, ce qu'est l'honneur, le chagrin, la reconnaissance, l'amitié perdue. C'est donc une joie choisie, acueillie par admiration du génie de l'auteur que je nomme ici. Et ce sentiment est rare.

Machado, dans "Un capitaine de volontraires" nous ouvre une des caches les plus secrètes du coeur humain: l'insouscience de la trahison, la confusion des sentiments du désir et de l'amour et celui, plus rare, et qui touche à notre meilleure part: le renoncement.

Texte majeur, rite de passage magique,  dans une petit édition que l'on a envie de faire connaître. Un miracle de sobriété dans l'exploration de ces rivages sombres de notre carte intime.

 

Daniel Simon

 

Joachim Maria Machado de Assis

traduit du brésilien par Dorothée de Bruchard

 

En partance pour l’Europe, peu après la proclamation de la République, Simão de Castro fit l’inventaire de ses lettres et ses notes ; il déchira le tout. Ne lui resta que le récit que vous allez lire ; il le confia à un ami, le priant de le faire imprimer une fois qu’il aurait pris le large. L’ami n’agréa pas sa demande, trouvant dans cette histoire quelque chose qui pouvait sembler pénible, ce qu’il lui expliqua dans une

lettre. Simão répondit qu’il s’en remettait tout à lui ; n’ayant guère de velléités littéraires, peu lui importait d’être publié ou pas. Maintenant qu’ils sont tous deux décédés et ce scrupule n’existant plus, on donne le manuscrit à la presse.

 

Nous étions deux, et elles, deux. Nous y allions tous deux en visite, par habitude, par délassement, et finalement par amitié. Je devins l’ami du maître de maison, et lui devint mon ami. Le soir, après dîner – l’on dînait tôt en 1866 –, j’y passais pour fumer un cigare. Le soleil entrait encore par la fenêtre, d’où l’on voyait une colline avec des maisons. La fenêtre opposée donnait sur la mer. Je ne citerai ni la rue ni le quartier ; je puis citer la ville, c’était Rio de Janeiro. Je tairai le nom de mon ami ; mettons une lettre, X***. Elle, l’une d’elles, s’appelait Maria.

 

Lorsque j’arrivais, il était déjà dans sa chaise à bascule. Les meubles du salon étaient peu nombreux, les ornements rares ; toute simplicité. X*** me tendait sa main large et forte ; j’allais m’asseoir auprès de la fenêtre, un oeil sur le salon, un oeil sur la rue. Maria, si elle n’était déjà là, se montrait peu après. Nous n’étions rien l’un pour l’autre; seule l’affection de X*** nous liait. Nous bavardions ; je les quittais pour rentrer chez moi ou pour une promenade, eux restaient et allaient se coucher.

 

Parfois nous jouions aux cartes, et les derniers temps c’est là que je passais la plupart de mes soirées.

 

Tout, en X***, me surpassait. Son apparence, d’abord. Il était robuste, j’étais frêle; ma grâce féminine, chétive, s’éclipsait face à son allure virile, ses fortes épaules, ses fortes hanches, sa jambe vigoureuse et son pied solide qui frappait ferme sur le sol en marchant. Prêtez-moi une fine et maigre moustache ; voyez-lui de longs favoris, épais et bouclés, et l’un de ses gestes habituels, réfléchissant ou écoutant, était de les entortiller en y passant les doigts. Les yeux terminaient le portrait, non seulement parce qu’ils étaient grands et beaux, mais parce qu’ils riaient plus et mieux que sa bouche. Outre l’apparence, l’âge ; X*** était un homme de quarante ans, je n’en avais guère que vingt-quatre. Outre l’âge, la vie ; il avait beaucoup vécu, dans un autre milieu, d’où il était sorti pour se blottir dans cette maison, avec cette dame ; moi, je n’avais rien vécu avec personne. Enfin – et c’est là un trait capital – il y avait en lui une fibre castillane, une goutte de ce sang qui circule dans les pages de Calderón, une attitude morale que je puis comparer, sans mépris ni raillerie, à celle du héros de Cervantès.

 

Comment s’étaient-ils aimés ? Cela datait de loin. Maria avait alors vingt-sept ans, et semblait avoir reçu quelque éducation. On me dit que leur première rencontre avait eu lieu lors d’un bal masqué, à l’ancien Teatro Provisório. Elle portait une jupe courte et dansait au son d’un pandeiro. Elle avait des pieds admirables qui furent, ou ce fut son destin, la cause de l’amour de X***. Jamais je ne lui demandai l’origine de cette (en a-t-il déjà parlé ?) alliance ; je sais seulement qu’elle avait une fille, qui se trouvait en pension et ne venait jamais à la maison ; c’était sa mère qui allait la voir. Nos rapports étaient véritablement respectueux, et le respect allait jusqu’à accepter la situation sans l’examiner.

 

Quand je commençais à y aller, je n’avais pas encore mon emploi à la banque. Je ne l’eus que deux ou trois mois plus tard et ne cessai pas de les fréquenter pour autant. Maria jouait du piano ; avec son amie Raimunda elles parvenaient parfois à entraîner X*** au théâtre ; je les accompagnais. Nous prenions ensuite le thé dans un salon privé et, une fois ou l’autre, les nuits de pleine lune, nous terminions la soirée en allant à Botafogo en voiture.

 

Barreto, qui ne commença que plus tard à fréquenter la maison, n’était pas de ces parties-là. C’était cependant un bon compagnon, gai et bouillonnant. Un soir, alors que nous sortions de là, il dirigea la conversation vers les deux femmes et m’invita à les courtiser.

— Tu en choisis une, Simon, et moi, l’autre.

Je m’arrêtai en frémissant.

— Ou plutôt, j’ai déjà choisi, continua-t-il ; j’ai choisi Raimunda. Elle me plaît beaucoup, Raimunda. Toi, tu choisis l’autre.

— Maria ?

— Et qui d’autre ?

 

Le trouble où me jeta ce tentateur fut tel que je ne trouvais nul mot de refus, nul mot ni geste. Tout me parut alors naturel et nécessaire. Oui, je fus d’accord pour choisir Maria ; elle était de trois ans mon aînée, ayant toutefois l’âge qu’il fallait pour m’apprendre à aimer. Maria, c’est convenu. Nous nous mîmes à nos conquêtes avec ardeur et ténacité. Barreto n’eut pas beaucoup à vaincre ; son élue n’avait pas d’amours, mais elle en avait souffert jusqu’à récemment et avait dû rompre contre son gré, son amant ayant épousé une jeune fille de Minas Gerais.

Elle se laissa vite consoler. Barreto vint un jour, alors que je déjeunais, m’annoncer avoir reçu une lettre d’elle, qu’il me montra.

— Vous vous êtes entendus ?

— Oui. Et vous ?

— Moi, rien.

— Alors, c’est pour quand ?

— On verra bien, je te le dirai.

Je me sentis, ce jour-là, quelque peu vexé. Malgré la meilleure volonté du monde, en effet, je n’osais parler à Maria de mes sentiments. Ne vas pas imaginer là une quelconque passion. Je n’éprouvais aucune passion, plutôt de la curiosité. Quand je la voyais, fraîche et élancée, toute vie et chaleur, je me sentais envahi par une force mystérieuse et nouvelle; mais si, d’une part, je n’avais jamais aimé, Maria était, d’autre part, la compagne de mon ami. Je ne cherche pas par là à expliquer des scrupules, mais juste à faire comprendre ma gêne. Ils vivaient ensemble, l’un pour l’autre, depuis quelques années. X*** me faisait confiance, une confiance absolue, il m’entretenait de ses affaires, me racontait des choses de sa vie passée. En dépit de la différence d’âge, nous étions semblables à des étudiants de la même année.

 

Comme j’en venais à penser plus souvent à Maria, il est probable que par quelque geste je lui aie dévoilé mon état récent ; le fait est qu’un jour, en lui serrant la main, je sentis que ses doigts s’attardaient plus longuement entre les miens. Deux jours plus tard, me rendant à la poste, je l’y trouvai timbrant une lettre pour Bahia. N’avais-je pas encore dit qu’elle était Bahianaise ? Elle était Bahianaise. Ce fut elle qui m’aperçut en premier et qui vint me parler. Je l’aidai à mettre le timbre, puis nous prîmes congé. À la porte, j’allais dire quelque chose, lorsque j’aperçus X*** devant nous, immobile.

 

— Je suis venue poster ma lettre pour Maman, s’empressa-t-elle de dire.

Elle nous dit adieu et rentra chez elle ; lui et moi prîmes une autre direction. X*** en profita pour faire l’éloge de Maria. Sans entrer dans le détail de l’origine de leur relation, il m’assura que ça avait été un grand coup de foudre pareillement partagé, et conclut que sa vie était dès lors toute tracée.

— Je ne me marierai plus désormais ; je vis maritalement avec elle, avec elle je mourrai. Je ne regrette qu’une chose, c’est de devoir vivre séparé de ma mère. Ma mère le sait, dit-il en s’arrêtant. Puis, reprenant sa marche : elle le sait, elle m’en a même déjà fait une allusion, très vague et lointaine, mais j’ai saisi. Il semble qu’elle ne me désapprouve pas ; elle sait que Maria est une fille bonne et sérieuse, et du moment que je suis heureux elle n’en demande pas davantage. Le mariage ne m’apporterait rien de plus…

 

Il me dit bien des choses encore, que j’écoutais éperdu ; mon coeur battait ferme, mes jambes marchaient flasques. Je ne trouvais aucune réponse appropriée ; les quelques mots que je prononçais s’étranglaient dans ma gorge. Au bout d’un moment, il perçut mon état et interpréta de travers ; jugeant que ses confidences m’ennuyaient, il me le fit remarquer en riant. Je rétorquai d’un ton sérieux :

 

— Je t’écoute avec intérêt, au contraire, et il s’agit de gens très dignes de considération et d’estime.

 

Je pense aujourd’hui que je cédais là inconsciemment à un certain besoin d’hypocrisie. L’âge des passions est un âge confus, et je ne peux bien discerner, dans cette situation, les sentiments et leurs causes. Il n’est toutefois pas exclu que je cherchais alors à dissiper dans l’esprit de X*** toute ombre de méfiance. Toujours est-il qu’il m’écoutât reconnaissant. Ses grands yeux d’enfant m’enveloppèrent en

entier, et lorsque nous prîmes congé, il me serra vigoureusement la main. Je crois même l’avoir entendu qui disait : « Merci ! ».

 

Je n’étais pas accablé en le quittant, ni touché de remords préalables. La première impression de cette confidence se dissipant, ne restait que la confidence, et je sentis croître en moi l’agitation de la curiosité. X*** m’avait parlé de Maria comme d’une personne chaste et conjugale ; aucune allusion à ses attributs physiques, mais mon âge me dispensait de toute référence directe. Là, dans la rue, je me représentais par coeur l’image de la jeune femme, ses gestes aussi languides que robustes, et je me sentais de plus en plus bouleversé. Sitôt rentré, je lui écrivis une lettre longue et diffuse que je déchirais au bout d’une demi-heure, puis je sortis dîner. Après dîner, je me rendis chez X***.

                                                                                °°°

 

Format 15x15   32 pages 7 euros

Couverture avec rabats sur papier ivoire Intérieur : Olin ivoire 100 g

 

Attachée de presse : Guilaine Depis 

Tél 06 84 36 31 85 / Courriel : guilaine_depis@yahoo.com

 

« Derrière Garcia Marquez il y a Borges, et derrière Borges, source et origine de tout,

Machado de Assis ». Salman RUSHDIE

 

Le livre :

Entre remord et regret.

Nous étions deux, et elles, deux. Nous y allions tous deux en visite, par habitude, par délassement, et finalement par amitié. Je devins l’ami du maître de maison, et lui devint mon ami. Le soir, après dîner – l’on dînait tôt en 1866 –, j’y passais pour fumer un cigare. Le soleil entrait encore par la fenêtre, d’où l’on voyait une colline avec des maisons. La fenêtre opposée donnait sur la mer. Je ne citerai ni la rue ni le quartier ; je puis citer la ville, c’était Rio de Janeiro. Je tairai le nom de mon ami ; mettons une lettre, X***. Elle, l’une d’elles, s’appelait Maria.

 

Observateur critique et parfois cynique de la nature humaine, Joachim Machado de Assis aborde le thème de la rivalité amoureuse au moment de la guerre de la Triple Alliance qui opposa le Brésil, Argentine et Uruguay au Paraguay qui en ressortit exsangue (1865 à 1870).

 

L’auteur

Joaquim Maria Machado de Assis, journaliste, auteur de nouvelles, chroniqueur, romancier, poète et dramaturge, est né à Rio de Janeiro, le 21 juin 1839, et est également mort à Rio de Janeiro le 29 septembre 1908. Né pauvre, de santé fragile, il est le fils d’un père noir descendant d’esclave, ouvrier, et d’une mère portugaise, blanchisseuse. Autodidacte de génie, il est le fondateur de l’Académie 

 brésilienne des lettres (1897) dont il restera le président jusqu’à sa mort.

Considéré largement comme l’écrivain le plus important de la littérature brésilienne, célèbre pour beaucoup de ses livres comme Les Mémoires posthumes de Bras CubasDon CasmuroQuincas Borbas,  et L’Aliéniste, il n’a pas cependant gagné la popularité qu’il mérite en dehors du Brésil.

Machado est un ironiste, sceptique, fin observateur de la nature humaine.

Il n’a pas l’exubérance, l’irrationnel, le baroque que l’on prête habituellement à l’auteur sud-américain. Rien n’échappe à son oeil critique, sa perspicacité qui en font l’un des auteur les plus importants du XIXe  siècle, sans frontière.

 

Livres déjà traduits en français

L’aliéniste,  édit. Métailié

Mémoires posthumes de Bras Cubas, édit. Métailié

Quincas Borba , édit. Métailié

 

La traductrice

Originaire de Porto Alegre, de parents français, Dorothée de Bruchard diplômée de littérature portugaise et française, après avoir enseigné devient traductrice – depuis 1980 –, puis créa une maison d’édition Paraula (1993 à 2000) qu’elle dut abandonner pour choisir définitivement la traduction de textes brésiliens en français ou l’inverse.

 

Une coédition

Lorsque deux maisons d’édition rochelaises se rencontrent…

 

Toutes deux tournées vers l’horizon, la mer, le voyage, extérieur pour l’une, intérieur pour l’autre, qui ont souhaité par cette collaboration amicale montrer que la mer réunit au lieu de séparer, comme l’a écrit Fernando Pessoa.

 

Les Arêtes : spécialisée dans la poésie et l’art contemporain. Entre édition courante et livre d’artiste.

Depuis plusieurs années publie des auteurs de langue portugaise (Brésil).

et

La Découvrance : spécialisée dans la littérature maritime et de voyage, produit aussi des eBooks.

 

Machado "Un capitaine de volontaires"
Machado "Un capitaine de volontaires"
Tag(s) : #Notes critiques

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :