Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ils ne connaissent plus le paysage, la géographie,  tout se joue dans une mobilité statique, il n’y a pas de continuité entre les lieux, ce sont des bonds, des assauts, mais pas des arrivées et des progressions, pas de  lenteur, pas de procession, peut-être qu’ils n’ont plus d’imaginaire, que de la mémoire des lieux où ils sont nés depuis si longtemps, peut-être que ces souvenirs si banals souvent ne sont que des traces de la disparition, de simples lieux amplifiés, mais plus de mouvements , de zooms avant ou arrière sur la carte de géographie, de patience dans l’ennui des routes balisées, dans la lenteur des trains, le long des rives engourdies, plus d’errances, de non-lieux, d'impasses, à Lisbonne, je me souviens de « l’Impasse de l’imagination », à Berlin-Est, des rues de terre, beaucoup le sont encore aujourd’hui et cela offre des loyers moins chers aux Berlinois de la déconstruction et aux artistes du monde entier, pas mal de portugais là aussi…de Belleville où chaque entrée de Métro est un Musée des Arts premiers à lui seul, de Bruxelles où ça racole à tous les tournants, pour n’importe quoi, une cigarette ou une pipe, mais chez Magritte, ça peut se dire à l’ aise, de Kin, où le théâtre était de terre battue et la troupe de toutes les aventures transcontinentales, de ce  hameau, trois fermes, de Roumanie où je n’ai jamais vu un ciel si limpide et ressenti une telle impression magique d’un ailleurs sur la terre, de l'avidité des hommes dans l’Est ancien, pour tout, absolument tout, de cette curiosité du détail à Cuba, parce que tout est détail quand il n’y a presque plus rien, des hommes marchant main dans la main à Marrakech parce qu’ils sont de la montagne et qu’ils se sont perdus, disait ma belle ne sachant qu'inventer, de la Mosquée Hassan II glacée et des fidèles qui s’y pressent pour reconnaître leur Mosquée, celle de leur souscription nationale qui en a permis l’érection, de cette région de Lorraine industrielle où j'ai grandi, dépiautée comme un lapin encore vivant il y a quarante ans, de la saleté qui n’avait là désormais plus aucun sens, de ces villages d’Ardennes et de Gaume où j’ai trainé mes galoches entre genêts, mûriers et fougères, poésie et jupes des filles, de Liège plus tard, offerte paraît-il, souvent repliée sur ses amants du pays, de sa jugulaire mosane, des femmes au sang mêlé de toutes les conquêtes d'Espagne, du bleu d'un poète, de mes vingt ans alors et du temps suspendu dans les mines fermées, de ce satané trou du monde à Charleroi où l'on n'arrête pas de creuser, de raconter le récit du creusement, de le montrer, de le filmer, le trou à l'air pour que tout glisse dans le fond, mémoire, traces de deux siècles de luttes, douleurs, échecs, grandeurs, tout, c’est le prototype de la ville du futur, Charleroi, ville postindustrielle que l’on va équiper de Centres commerciaux et avant, tout foutre dans le trou, une dernière baise charlatanesque avec fenêtres sur vue pendant les travaux, le trou du monde se donne à voir…

Le trou du monde
Tag(s) : #Textes

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :